Site officiel de la ville de Pertuis

04 90 79 02 74

Nouveaux rappels à l'ordre du maire

En tant que 1er magistrat de la ville, le maire a un pouvoir de police judiciaire qui lui permet de constater crimes, délits et contraventions. La loi de mars 2007 sur la prévention de la délinquance, a même étendu les prérogatives qu'il peut exercer, en accord avec le Procureur de la République, dans le cadre d'une Cellule de Citoyenneté et de Tranquillité Publique. Une instance de régulation unique, créée en 2012, qui permet au maire de prononcer des rappels à l'ordre en présence de la gendarmerie, de la police municipale et d'élus lors de la convocation des contrevenants. Une dizaine de personnes étaient ainsi convoquées samedi 3 octobre pour des intrusions diverses dans l'espace public et pour des déchets sauvages.

A l'issue de cette procédure, le maire a la possibilité de prononcer 3 mesures :
- Un rappel à l'ordre
- Décider d'un soutien à la fonction parentale
- Transaction : paiement pour réparation et/ou Travail non rémunéré

Les premiers rappels à l'ordre de samedi ont concerné l'intrusion dans l'espace public de jeunes dans un parc fermé au public et d'autres jeunes, à l'intérieur des Moulins Soufflets pour pratiquer le parkour, discipline sportive acrobatique qui consiste à franchir des obstacles urbains ou naturels. Le maire a sensibilisé les jeunes au danger et a préconisé une action éducative qui consiste en un Travail Non Rémunéré (1 journée avec les agents du CTM). Ces démarches s'inscrivent dans la bienveillance.

Les autres rappels à l'ordre concernent les dépôts sauvages, problème récurrent malgré les passages réguliers des agents du service voirie/nettoiement, les caméras de vidéosurveillance équipées de hauts parleurs permettant aux agents du CSU de faire des rappels à l'ordre instantanés, la brigade de police de l'environnement sur le terrain qui intervient aussitôt pour dresser des PVe et opère des fouilles dans les sacs à ordures afin d'identifier les contrevenants. La Police municipale transmet des rapports d'information au procureur de la République qui valide les rappels à l'ordre. Les récidivistes sont alors verbalisés.