Site officiel de la ville de Pertuis

04 90 79 02 74

Reforestation de la colline du Saint Sépulcre

La ville de Pertuis a décidé de "reboiser" la colline du saint Sépulcre avec une nouvelle tradition, "l'Arbre du Maire". C'est Roger Pellenc, l'actuel maire de Pertuis, qui a inauguré cette nouvelle tradition, pendant que des enfants de l'école La Burlière plantaient un cèdre.

Accéder à la vidéo sur FB en cliquant ici

Petit rappel historique de Jacques Barone, élu à l'animation, tourisme et patrimoine :La colline du Saint Sépulcre domine notre ville. Cette hauteur a toujours été sacrée pour nous les pertuisiens, et ce depuis le fond des âges.
Durant le néolithique, les hommes ont occupé la colline qui offrait protection et logement.
Le site sera sacré sous les celto-ligures : les Salyens, point culminant de notre territoire, la colline était déjà fortifiée, poste avancé de l’oppidum Saint Julien (La Bastidonne) où nos lointains ancêtres avaient édifié sur un piton rocheux notre première cité.
En 124 avant JC, le consul romain Caius Sextius Calvinus fait la conquête de la Gaule Transalpine (ou se trouvait le massif du Luberon et la Sainte Victoire).
Les romains écrasent les Salyens, ils détruisent l’oppidum d’Entremont, la capitale salyenne, ceux-ci vont faire la conquête du Sud de la France, jusqu’au Languedoc.
C’est un point de rupture historique, nous devenons alors des gallo-romains, les conquérants fondent des villes.
En 123 avant JC, ils créent une ville de garnison dans la plaine, au pied d’Entremont, tout près d’une source thermale, et donnent à cette cité le nom d’Aquae Sextiae Salluviorum : les sources salyennes  de Sextius, la future Aix en Provence.
Aquae Sextiae, la cité romaine se taille un territoire sur mesure, il englobera tout le Sud Luberon, et nous devenons… aixois !
Les romains apportent la stabilité et la paix pour plus de... 300 ans.
Libérés des dangers nous désertons les points fortifiés en hauteur pour cultiver les plaines de la Durance et les coteaux de l’Eze.
S’ouvre alors le temps des villas romaines, de grands corps de ferme, les paysages se transforment, les routes sont tracées.
La colline du Saint sépulcre redevient sauvage mais reste sacrée aux yeux des gallo-romains.
Conscients de son importance, les légionnaires romanisèrent le lieu en installant leurs divinités.
Bien plus tard, lorsque le christianisme fut majoritaire, la croix y fut plantée, puis une chapelle, le nom de Saint Sépulcre démontrant la sacralité du lieu auprès des Pertuisiens.

L’histoire du lieu vous démontre son importance à nous les Pertuisiens. La colline est aujourd’hui « sauvage », nous avons laissé la végétation se développer sans valoriser le site. Ainsi nous trouvons des pins adultes et des chênes en sous-bois.
Nous aimerions, avec le soutien de la population, tout d’abord effectuer des plantations d’arbres typiquement provençaux et méditerranéens.
Les riverains de la colline pourraient planter ainsi leur arbre du quartier, ce qui serait une bonne occasion de se rencontrer, maintenant que la situation sanitaire s'améliore, et de laisser une trace pour nos familles dans le futur.
Les associations des quartiers de Pertuis volontaires pourront également planter leur arbre.
Ainsi, progressivement ce lieu historique se couvrira d’une forêt pertuisienne où chacun d’entre nous aura apporté sa contribution.
Avec la plantation d’arbres remarquables nous avons également comme projet de créer un arboretum historico-pédagogique.
Un arboretum est une façon de mettre sur pied un espace boisé voué à l'embellissement et la sensibilisation des Pertuisiens.
Nous priorisons l'implantation d'essences nobles, patrimoniales et rustiques afin d'attirer l'attention des visiteurs sur les aspects uniques des arbres et plantes qui font partie intégrante de notre environnement.
L’arboretum sera  accompagné de plaques informatives exposant les caractéristiques écologiques et historiques de chaque espèce, de leur lien avec l’histoire de notre ville, de notre terroir.
Grace à des parcours patrimoniaux, les visiteurs pourront découvrir notre histoire et nos liens physiques avec notre terroir.
Chacune des parties représentant une époque de l’histoire de notre  population et de son environnement.
Par exemple la première étape nous amènera du néolithique pertuisien jusqu’à la fin de l’Empire romain à Pertuis, celle qui a vu naître les végétaux à petits fruits.
Nous rencontrerons le fruit de l’argousier, un concentré de vitamine C. Une plante cultivée à Pertuis.
L’olivier, emblème méditerranéen, ne sera pas oublié, tout comme la vigne, premières modélisations du paysage dans l’histoire et trace manifeste de l’ancienne présence gallo-romaine sur les terres pertuisiennes.
Grace aux plantations étagées, aux circuits pédestres et aux espaces aménagées pour pique-nique et autres goûters, l’arboretum permettra de profiter de la lumière et du petit souffle d’air, qui lors de l’été torride, rend les pauses agréables.
La   clairière au sommet de notre colline  se prêtera à la pause pour se laisser charmer par le chant des oiseaux, cigales.
Autour des trois cèdres de l’Atlas, tables et bancs attendront le promeneur.
Ce coin de forêt sera ainsi devenu, par la volonté d’hommes désireux de partager leur passion pour notre ville, un lieu idéal riche en découvertes pour une sortie en famille. Un but idéal pour une promenade dominicale.
La « nouvelle tradition » du Saint Sépulcre
Afin de mieux marquer l’attachement de la ville pour ce lieu si particulier, nous avons imaginé que chaque maire, récemment élu de notre ville pourrait aller planter un arbre sur la colline.
Ainsi, nous Laisserons l'arbre et la nature honorer notre patrimoine, celui des hommes qui servent et serviront notre ville !
Jacques Barone