Site officiel de la ville de Pertuis

04 90 79 02 74

Retour en images sur les journées européenes du Patrimoine

Durant 3 jours, la Ville a fêté dignement les journées européennes du patrimoine en organisant plusieurs spectacles, tous plus évocateurs les uns que les autres.

Les festivités ont commencé avec l'inauguration de l'Espace de Croze*, anciennement Chapelle de l'hôpital, lieu désormais destiné à accueillir des manifestations culturelles. La chapelle, bondée, était illuminée aux couleurs de Pertuis avec des lumières bleu, sang et or. Ce fut l'occasion pour le Maire de revenir sur l'histoire de la famille de Croze qui a tant œuvré pour la ville. La soirée et le mapping vidéo étaient organisés par Jacques Barone, élu à l'animation, patrimoine et tourisme tandis qu'elle était animée par un Mr de Croze, plus vrai que nature et qu'un baryton accompagné d'une soprano enchantaient ce retour historique.
Merci à Thierry Dubois pour les photos

Samedi soir, la soirée était consacrée à l'inauguration de l'îlot Saint** où sont désormais installés le service des archives municipales, l'Office de tourisme et la maison France Services, guichet unique pour aider les Pertuisiens dans leurs démarches administratives. Après une visite des locaux, où les Pertuisiens ont pu découvrir la nouvelle salle où se tiennent les séances du Conseil municipal, un mapping vidéo réalisé à nouveau par Jacques Barone (passé maitre en la matière !) a été projeté sur le rempart au pied de la butte du Barry. Nouvelle évocation du riche passé pertuisien.
Merci à Thierry Dubois pour les photos

La journée de dimanche, Pertuis équestre*** était dédié au cheval et aux traditions équestres. Près de 3000 personnes ont assisté à la déambulation en calèche, aux numéros de dressage et de voltige qui ont ponctué cette journée organisée par l'Office de Tourisme de Pertuis, dont un des mérites réside dans le fait d'avoir réussi à l'organiser dans le centre-ville, au pied des remparts. Une foule nombreuse est venue applaudir ce spectacle.
Merci à Yves Chiado, Jean-Pierre Daudon et Thierry Dubois, tous membres du photo club Image In de Pertuis, pour leurs magnifiques photos.

* Histoire de la famille de Croze
Ayant accompli des actions au service de Pertuis mais aussi du port de Marseille et des Etats-Unis d’Amérique, les « de Croze » restent encore dans la mémoire collective des généreux bienfaiteurs.
Au départ, les « de Croze » sont issus d’une vieille famille bourgeoise qui acquiert un titre nobiliaire.
Originaire des Mées dans les Alpes de Haute Provence, Pierre de Croze, fait souche à Pertuis au début du 16ème siècle.
Les Croze, par mariages et différentes charges vont asseoir titre de noblesse tel Sébastien Croze qui devient consul de Pertuis.
Les « de Croze » finissent par faire construire leur hôtel particulier au cœur du quartier Saint Nicolas à la fin du 17ème siècle, hôtel qui deviendra lors de la Révolution, l'hôtel de ville.
Comme il sied à la noblesse à cette époque,  les « de Croze » vont devenir des défenseurs de la royauté, si bien que lorsque louis XIV proclame la guerre aux Pays-Bas, la famille envoie le gentilhomme à la guerre.
C’est ici qu’apparaît, Melchior de Croze, écuyer de Pertuis, officier de cavalerie.
Défenseur de la France, celui-ci fut grièvement blessé lors de la sanglante bataille de Charleroi le 11 août 1674 opposant l’armée de Condé à celle de Guillaume d’Orange.
Il reçoit en 1685 du roi, en considération de ses services, le poste de gouverneur de la forteresse de Notre-Dame de la Garde à Marseille.
Les « de Croze » Pertuisiens deviendront des administrateurs, la charge de gouverneur étant héréditaire, mais surtout le roi octroya à Melchior en 1674, une pension annuelle de 2000 livres, une somme considérable à l’époque.
Resté célibataire, celui-ci consacra sa fortune à l’édification d’un hôpital pour les pauvres, dont la première pierre fut posée le 10 mars 1700.
Il meurt le 9 janvier 1711 et est enterré dans la chapelle saint Jacques, chapelle que les Pertuisiens appelleront longtemps la chapelle de l’hôpital.
Malgré toutes les révolutions et soubresauts de l’histoire, les Pertuisiens ne débaptisèrent jamais la rue de Croze, conscients et reconnaissants de l’apport inestimable de cette famille pour la ville.

** Histoire de l'îlot Saint Pierre
Témoignage du passé religieux et social de la cité, l'îlot Saint Pierre est bâti sur la première place de la ville créée au 10ème siècle.
En 966, le comte Boson d’Arles affirma sa souveraineté sur Pertuis et en fit donation aux moines bénédictins de Montmajour.
En 981, Guillaume fils de Boson, dit «Guillaume le libérateur», confirma ce legs aux moines qui choisirent donc de s’installer sur ce tertre rocheux, qui en plus d’être un endroit stratégique, offrait déjà une vue imprenable sur le Luberon et l’Eze. Ils y bâtirent l’église Saint Pierre qui demeurera l’église paroissiale de la ville, jusqu’à l’édification de l'église saint Nicolas récemment restaurée.
Les bâtiments historiques du couvent abritaient encore, jusqu’à l’ouverture de la médiathèque Les Carmes en 2017, l’ancienne bibliothèque municipale, ainsi que plusieurs services administratifs, sans oublier pour les plus anciens, que ce fut même la caserne des pompiers jusqu’en 1990 !
Ce projet architectural audacieux de près de 1,9 millions d’euros, initié depuis plusieurs années, mais repoussé en raison d’importantes fouilles archéologiques, valorise aujourd’hui magnifiquement les vestiges du couvent de Montmajour qui héberge dorénavant l’Office de Tourisme de Pertuis et le service des archives municipales.
Ces nouveaux locaux ouvrent des perspectives formidables comme le développement d’activités pédagogiques pour les écoles ou encore le développement d’animations culturelles. Ils sont aussi le centre de la vie démocratique de la cité car c’est à présent l’endroit où siège en séances le Conseil municipal.
Mélange d’ancien et de contemporain, où la pierre et le métal des huisseries et de l’escalier se marient à merveille, la façade du bâtiment interpelle par son harmonie.
La réhabilitation de cet ensemble historique s’intègre plus largement dans le projet de redynamisation de l’entrée de ville Nord avec l’aménagement de la butte du Barry. Mené en partenariat avec la Société Publique Locale d'Aménagement, il vise à créer l’entrée de ville touristique privilégiée du centre ancien de Pertuis.
Une partie de la Butte du Barry doit ainsi s’effacer prochainement au profit d’un rempart restructuré, donnant sur un parc urbain de près de 1,5 hectares et un parking d’une centaine de places réservé aux habitants du centre ancien.
Les démarches administratives étant terminées, les travaux vont démarrer prochainement.
Un ascenseur panoramique permettra d’accéder facilement du parking à l’office de tourisme, au service des archives ou encore à la Maison France Services, déjà opérationnelle.
De là, il sera possible de rejoindre facilement le centre-ville par la rue piétonne François Morel, entièrement restaurée.
Un axe central magistral, allant de l’îlot Saint Pierre au bas du cours de la République, traversera alors la cité du nord au sud. Une magnifique promenade historique avec, en apothéose, une vue imprenable sur le Luberon.

***La fête du cheval en résumé par Michèle Gamet, présidente de l'Office de Tourisme de Pertuis
Une fête grandiose dans sa simplicité ! Le beau temps était de la partie, le vent était tombé, Ce fut une fête populaire et bon enfant, comme on les aime à Pertuis, suivie et appréciée par tous. Un public serré depuis ceux qui avaient choisi de voir le spectacle du haut de la butte du Barry jusqu'à ceux qui avaient préféré s'installer sur les gradins et même par terre, proche de la carrière de 800m² où les exhibitions avaient lieu.
Une pleine réussite ! Nous ne nous attendions pas à ce magnifique succès pour une première. Près de 3 000 personnes ont assisté aux démonstrations des cavaliers des haras puis au spectacle donné l'après-midi par Charly Andrieux et ses cavaliers. Des chevaux de toute beauté, un travail d'équilibriste remarquable, des artistes reconnus.
Tous les stands ont fait le plein.
Le camps médiéval et ses activités d'époque ont enchanté enfants et parents !
Les tours en calèche tractée par des mini poneys, proposés par le haras du tombadou n'ont pas désemplis
300 repas ont été servis par le comité des fêtes de Peyrolles, après un barbecue géant. sans compter les food-truks et la crêperie. La buvette n'a pas désempli !
Le défilé dans le cente ville, au son des tambours d'Arcole, d'une longueur impressionnante puisqu'il allait de la rue des remparts à la place Mirabeau, majorettes en tête, était composé de nombreux cavaliers et attelages des haras et associations locaux, dont la calèche du Maire qui accueillait le parrain de la manifestation, Monsieur Pierre Ponté, initiateur en 1977 d'un fête du cheval avec course hippique et foire aux chevaux, et Gilles Bertran de Balanda, champion du monde de sauts d'obstacles, notre invité d'honneur.
Place Mirabeau, Bénédiction des chevaux par le père Césaréo après la messe dominicale.
Un suivi de la manifestation au fur et à mesure des évènements par Jean-Luc Coucourreux au micro, technicien en la matière.
Tout ceci n'aurait pu se faire sans nos nombreux partenaires et sponsors, nos bénévoles, notre partenariat avec la Mairie et les équipes municipales, particulièrement services techniques, service de la DAC, police municipale, gendarmerie (qui avait délégué 6 policiers montés dont 2 de la garde républicaine), le comité des feux de forêts, et bien sûr le travail fourni depuis près d'un an par l'équipe de l'Office de Tourisme qui s'est totalement investi dans cette aventure.